Half-track bazooké la nuit du 10 juin 1961. Que sont devenus les blessés ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Half-track bazooké la nuit du 10 juin 1961. Que sont devenus les blessés ?

Message  perrot le Mar 21 Fév - 21:11

Parmi les blessés il y a certainement le matelot L'Hermite; j'ai déjà dit que je l'avais connu à l’hôpital Ste Anne en 1961 ou 62;il avait reçu un éclat de 3cm qui avait pénétré par la tempe et était resté sous l'oeil. Il avait l'oeil gauche désaxé en hauteur, suite à l'opération, car les chirurgiens avaient été obligé de l'exorbiter. (par erreur j'avais dit : l'oeil droit)
Sa citation à l'Ordre de l'Armée (de mémoire ...) disait : comportement héroïque, très gravement blessé,son véhicule bazooké et commençant à prendre feu, il a évacué les blessés par la portière arrière et déchargé des munitions avant de tomber dans le coma.
Bizarrement, ce n'est que 50 ans plus tard que j'ai fait le rapprochement avec ce que nous avait dit le lendemain le chauffeur du camion de subsistance:"Il y a eu 2 Morts carbonisés et 3 blessés, dont un était dans le réseau miné du barrage arrière, et un autre un oeil qui sortait de l'orbite. J'avais noté sur mon agenda, mais j'étais plutôt à penser aux Disparus.
Avant de continuer, je rappelle que j'ai passé le mois de juin 1961 à Munck; le Chef de Poste était le QM2 FLORIAN (T?) avec les matelots Yvon LECLERC, MENON, Moi-Même et X et X.
Cette nuit du 10, vers les minuits, j'étais de quart à la tour; subitement très fort harcèlement à l'arme automatique et quelques obus de mortier ou sans recul autour du Poste. En bas les copains se lèvent et rafalent avec les 3 mitrailleuses. Quelques minutes après ça va mieux. Mais arrive l'half-track "Rouge Mobile Unité"qui se fait aussi allumer en passant devant nous, il s'arrête, riposte et reprend son chemin.
Et puis je ne saurais dire combien de temps après ....Explosion, lueur d'un brasier, cris , que je localise juste avant Beaumont. On m'a dit par la suite que c'était à T.A.106, mais les cris et la lueur semblaient tellement près. (et encore dans mon souvenir)
Quand aux autres blessés, je ne sais plus si c'est à Baudens / Oran ou à Michel Lévy / Marseille, on m'a dit:"Il y a 2 Marins qui sont aux Grands Brûlés, leurs blessures ne se referment pas et ils sont dans un état critique"
J'espère très fort qu'ils s'en sont sortis, et que quelqu'un nous donnera de bonnes nouvelles.
J'ai lu quelque part que les blessés auraient été 4; cela ferait un équipage de 6 hommes. Généralement c'était 5, chauffeur compris. Mais c'est possible.
Roger Gouzer'h doit se souvenir que cette nuit-là un tireur essayait de descendre le phare, et que des coups de canon sans recul ont été tiré sur Beaumont. (rapporté par le chauffeur)
D'ailleurs il doit être mieux informé que moi sur cette nuit tragique car il était beaucoup plus près.
Je me pose depuis longtemps une question: Le tir de bazooka a t-il été effectué lors de la manœuvre de retournement ou loin du Char-sentinelle ?
Chales Perrot le 21 février 2012.





Dernière édition par perrot le Mar 21 Fév - 21:13, édité 1 fois (Raison : titre.)

perrot

Messages : 108
Date d'inscription : 05/10/2010
Localisation : Loire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

TA 106

Message  daniel rabet le Mar 8 Mai - 23:00

j'étais dans la pc de la 518 ce soir-là, comme tous les soirs d'ailleurs, je me souviens avoir entendu certaines communications radio, et en premières nouvelles les cinq accupants de l'half-track avaient carbonisés dedant ??
Je me rappelle que le commandant Wolf avait beaucoup de mal a retenir ses larmes, et ça je ne l'oublierais jamais.
mais d'autres accrochages du coté de la 31 ième (gabriel) ont vite détourné l'attention...

daniel rabet

Messages : 4
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 76
Localisation : 13200 ARLES

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

HT2 BAZOOKE

Message  lapidation le Jeu 10 Mai - 23:42

Cette nuit là on patrouillait à 2 engins et c'était HT1 où j'étais tireur 12.7 tourelle qui "éclairait" et HT2 qui suivait tous feux éteints. On faisait ça à tour de rôle pour égaliser les risques. En cours de route la chenille droite de l'half track sort de sa gorge. On s'arrête pour la remettre en place et HT2 passe devant. En 10-15 minutes on remet en place cette chenille et on fonce sur la piste. On aperçoit grimpant la pente de l'oued de Munck HT2 qui est presque arrivé en haut quand on voit la trainée de la roquette qui percute HT2. Une flamme énorme, une explosion et HT2 oblique vers les trapézoïdales intérieures et s'arrête presque à la limite du champ de mines en brûlant furieusement. La roquette a percuté pile sur le réservoir gauche.
On tire comme des fous dans l'oued, on grimpe cette côte et on voit HT2 en flammes, munitions explosant tout azimuth. Mon copain le tireur 12.7 de tourelle hurle, lève la main, et s'affaisse dans le brasier. Le mitrailleur arrière, le lance VB, le type du projo et le chef d'engin sont éjectés sur les trapézoïdales intérieures au dessus des mines. Ils sont lardés d'éclats et brûlés. Le radio, le chauffeur et le tireur tourelle brulent avec l'engin.
Si cette chenille n'était pas sortie de sa gorge, je ne pourrais pas vous raconter cette histoire car je serais mort. Le quartier maître infirmier DRUELLE arrive et soigne les blessés sous le feu des MG42 et les explosions des VB qui explosent dans l'half track incendié. Nous resterons jusqu'à ce que tout soit éteint et les blessés évacués.
On a retrouvé qu'une rotule calcinée des trois hommes le lendemain dans la carcasse carbonisée et déchiquetée.
tristes souvenirs.

lapidation

Messages : 130
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 75
Localisation : VAR

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Half-track bazooké la nuit du 10 juin 1961. Que sont devenus les blessés ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum