Bab el Assa. "Naufrage dans les feuillées"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bab el Assa. "Naufrage dans les feuillées"

Message  perrot le Lun 7 Fév - 17:50

Bab el Assa, « naufrage dans les feuillées »
J’ai reçu récemment l’ouvrage du Capitaine de Corvette Christian Teste ; bien sûr Ancien de ce Poste, je suis allé tout de suite au chapitre « Bab el Assa »
J’ai été également acteur et témoin d’un naufrage dans les feuillées ; je vais citer les noms des protagonistes car il n’y a pas de quoi fouetter un chat !
Ma bannette se trouvait au-dessus du lit d’Henri Castrec ; celui-ci avait une demi-douzaine de caméléons fil à la patte, attachés à mon sommier métallique. La nuit. Ils venaient me crapahuter sur le visage. Je ne parlerai que pour mémoire des tortues sous son lit qui remuaient dans une caisse . Aussi lorsque les Anciens sont partis j’ai réussi à emménager dans un lit du bas. Maintenant j’avais la possibilité de me faire un rayonnage.
Il me fallait un outil ! Jean-Louis Gonord / Normand avait une magnifique pince universelle, grand modèle, avec l’Ancre de Marine frappé sur l’axe. Il la montrait souvent et hurlait à la cantonade : « Regardez cette pince ! je la mettrai à la place d’Honneur sur mon établi »
Jean-Louis échappait aux corvées car il était chargé de la chambre, des chaussures, du linge etc … de l’E.V. Rio c’était un peu son Aide de Camp. Dans le civil il était maraîcher, et vendait ses légumes sur les places, c’est pour cela qu’il gueulait assez souvent : « Mesdames, venez voir ma belle salade !, venez voir mon beau poireau !»
C’était un dimanche, il partait faire un tour jusqu’à Aïn Bouzouarine avec les copains, j’en ai profité pour lui demander sa pince ; recommandations : « ne la perds pas …. souvenir de la Marine au-dessus de mon établi … »
En cours de journée envie pressante de ma part, je glisse la pince dans la grande poche droite de mon pantalon ; direction les feuillées, pas très loin de la tour Hélène ; accroupi, vous avez deviné ce qui est arrivé ?
Avec un bambou je soulève les feuilles de journaux, je tripatouille la fange ; assez lourde la pince a dû s’enfoncer …
Angoisse ! Jean-Louis est un Ancien , lorsqu’il arrive je n’en mène pas large ! il avait dû boire force « mousses » et pourtant il le prend bien. « Ne te fais pas de souci, mais on va la trouver cette pince ! X vient me tenir la main ! je vais descendre pour voir plus prés» Ce qui devait arriver arriva ! Jean-Louis les deux pieds et une main dans les excréments .
Heureusement les feuillées étaient assez récentes et le naufrage ne fut pas complet ; mais alors l’odeur, bonjour !
Salut Jean-Louis ! ta pince est encore dans le sol de Bab el assa par ma faute, accepte mes tardives excuses.
Charles Perrot. 07 / 02 / 2011.


perrot

Messages : 108
Date d'inscription : 05/10/2010
Localisation : Loire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum