Une escapade bien involontaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une escapade bien involontaire.

Message  MAUVAIS le Mer 10 Mar - 16:37

[b] Si mes souvenirs sont bien exacts, il s'agit là de ma dernière descente à Nemours, en quartier libre. Une fois encore, je me trouve en compagnie de mon camarade Jourdain. Il est des circonstances comme çà. Le GMC du poste nous a déposés en ville en début d'après-midi.
La journée tirait à sa fin et comme convenu notre chauffeur nous récupère à notre lieu de rendez-vous. A bord du camion, nous ne sommes que quatre : le chauffeur, un passager à ses côtés , Jourdain et moi à l'arrière. Nous sommes assis juste à côté de la ridelle, à l'opposé de la cabine, nous sommes face à face.
Le bahut attaque la montée pour sortir de la ville et le moteur ronfle pas mal, notre allure est assez soutenue. Je pense que tous les conducteurs militaires sont les mêmes, au volant d'un GMC, ils se croient les rois de la route.
Quelques secondes plus tard, brusque embardée de notre engin, coup de frein violent puis un choc quasiment frontal contre le talus droit de la route. Sous l'impact, Jourdain et moi glissons sur nos bancs respectifs et nous venons donner un bon coup d'épaule contre la cabine.
Plus de peur que de mal mais notre chauffeur décide de se rendre à l'E.M. pour contrôler son bahut. Il nous dépose en ville, nous donnant rendez-vous, au même endroit, 40 à 45 mn plus tard. Nous mettons à profit cet arrêt pour prendre un dernier pot et nous nous présentons au rendez-vous. Etions nous en retard ou est-ce le chauffeur qui est passé en avance mais le fait est que nous nous retrouvons seuls sur le bord de l'avenue sans moyen de transport pour regagner Alazetta.
Nous rejoignons la caserne et à l'O.M. de service nous expliquons notre situation. Dans un premier temps, je me mets à la recherche d'un téléphone : il faut prévenir le Poste de notre retard car cette nuit là nous étions de service. Après bien des difficultés, j'obtiens BAB EL ASSA qui parvient à me mettre enfin en communication avec Alazetta. Tout le monde est prévenu, nous ne serons pas considérés comme déserteurs.
Ensuite se pose le problème de nous mettre un petit quelque chose sous la dent. Là, d'un seul coup d'un seul, nous nous heurtons aux tracasseries du réglement. Ne figurant pas sur les effectifs, le préposé aux cuisines nous réclame une carte d'identité que ni l'un ni l'autre n'avons sur nous ou à la rigueur notre montre pour simplement nous prêter des couverts. Où est la camaraderie et l'entraide du bled? Refus de notre part et nous partons directement nous allonger dans un dortoir. Là, deux jeunes qui venaient d'arriver nous ont proposé de manger une méchante boîte de conserve et ce fut tout pour le diner.
Le lendemain matin, à la première heure, nous étions dehors. Nous avons attendu le camion des vivres et c'est à son bord que nous avons regagné Alazetta où nous sommes arrivés vers 11 heures du matin. A note descente mise en boîte de la part des copains et demande d'explication au chauffeur du camion. Pour le service, tout avait été réglé, juste quelques changements de noms au tableau de service.
Mon séjour se poursuivait mais cette petite aventure m'avait donné la seule occasion de passer une nuit sans entendre un seul bruit d'arme à feu quelle qu'elle soit.

MAUVAIS

Messages : 28
Date d'inscription : 11/09/2008
Age : 77
Localisation : BOUCAU (64)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum