La relève ... enfin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La relève ... enfin.

Message  MAUVAIS le Sam 7 Mar - 20:28

En ce début de février 62, nous attendions la date du 12 avec impatience. Elle représentait, pour tout mon contingent, le retour à la maison. Mais plus nous nous approchions de ce jour, moins les prémisses d'un départ se faisaient sentir : pas le moindre bruit de coursives !!!

Ce n'est que le 20 , au matin, que nous avons abandonné tout ce qui avait une couleur kaki pour revêtir une tenue beaucoup plus traditionnelle, avec grand entousiasme.

J'ai bien du mal àvous décrire la joie qui nous envahissait tous au moment de grimper dans les camions. Pourtant, à cet instant, j'ai eu l'impression d'abandonner ceux qui demeuraient au Poste (le syndrome de l'ancien peut être).

Enfin c'était parti pour un voyage qui s'avéra des plus longuets. Un premier transport en bahut puis un arrêt assez long je ne sais plus où, re-camion et remise de nos paquetages kaki. Encore un trajet routier et ce fut la train à destination de ORAN mais pas à la vitesse du TGV.

Une nuit à Mers El Kébir et le lendemain, embarquement, vers 14 heures, à bord du "Sidi Bel Abbes" . Nom prédestiné puisque nous embarquâmes avec un grand nombre de Légionnaires démobilisés qui regagnaient la Métropole ou leur pays d'origine.C'est ainsi que la fine équipe du 1° tiers d'Alazetta voyagea avec deux Légionnaires qui rentraient l'un en Belgique, le second à Berlin. Je n'ose vous donner trop de détails tant notre séjour à bord fut épique.

En fin de journée, le lendemain, la "Bonne Mère" était en vue. Quelques heures plus tard, permission en poche, nous nous dirigions vers la gare St-Charles. Là, ce fut la dispersion tous azimuts après échange d'adresse et promesse de se contacter.

Permission trop courte, trop vite passée et le 20.03.62 c'était le 5° Dépôt à Toulon. Quize jours à faire tout et n'importe quoi heureusement qu'il y avait eu les retrouvailles. Malgré cela, c'est avec soulagement que je recevais mon affectation à bord du PA "Arromanches". Après quelques mois passés à bord, les mains dans la graisse (machines avant), fin octobre c'était la "quille" avec quatre mois d'avance puisque les "évènements" d'Algérie avaient pris fin suite aux accords d'Evian.

A huit heures du matin, au pied de la coupée, juste au moment de partir nous avonsune dernière fois, assisté au lever des couleurs, garde à vous et bâchis à la main mais nous partions vers la vie civile.
http://i82.servimg.com/u/f82/13/12/95/39/p1711.jpg

MAUVAIS

Messages : 28
Date d'inscription : 11/09/2008
Age : 76
Localisation : BOUCAU (64)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum