LA COTE 518 - P.C avancé du 3 ème BATAILLON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA COTE 518 - P.C avancé du 3 ème BATAILLON

Message  Admin le Lun 2 Fév - 21:31

LA COTE 518

P.C avancé du 3 ème BATAILLON

Son radar - - S - D - S - (surveillance détection au sol )

Entre 1958 et fin 1960
Le renforcement puis l’électrification du barrage ainsi que le
doublage (réseau algérie) de celui-ci est terminé.
Le sud de la frontière algéro marocaine est équipé de radars canon
couvrant le réseau miné.
Les fells ont un armement de plus en plus sophistiqué
Mortier de 81
Mortier de 120
L.R.A.C
Canon sans recul
Pièces d’artillerie
En avril 1961, le général Ailleret vient inspecter le barrage Ouest
il s’étonne des lacunes du barrage marocain devant le commandant du corps d’armée d’oran
et du retard pris à l’ouest dans l’organisation défensive en profondeur pour faire face à
L’armement de l’A.L.N (puissamment armé)
Il exige le renforcement des postes et surtout des casernements et
Principalement des postes du barrage, ainsi que leur protection contre les mortiers de 81m/m
Et de 120m/m. Ce sont les harcèlements aux mortiers et les tirs de L R A C des herses ainsi
que leurs conséquences qui firent accentuer les travaux de fortification ainsi que l’emploi
de techniques nouvelles . Devant l’expérience non concluante de nouveaux systèmes de
détection, dispositifs de détection sismique, les sismophones qui enterrés par grappe dans des
zones de passage peuvent transmettre par circuits électriques tous bruits de piétinement

Les harcèlements au mortier de l’A L N obligent à redéployer les radars AN/MPQ10 dans
Leur emploi initial :
Détection des mortiers ennemis et couplés avec « les batteries « et les
mortiers de 120m/m des postes. La neutralité ou tolérance des pays ou gouvernants
hébergeant permet de neutraliser des mortiers installés au delà de la frontière
JUILLET 1961 arrivée d’un radar de surveillance, le maintien de la herse devient de
plus en plus coûteux et nous voyons l’arrivée d’un radar à la cote 518 radar prototype de
surveillance et détection au sol. S.D.S .

Il est mis en service le soir même de son arrivée, et il permet au cours de la nuit de
détecter plusieurs tentative d’approche du réseau, par des éléments à pied, il permet
egalement de prévenir d’une contre embuscade en zone interdite et neutralise les
élements ennemis par des tirs d’artillerie.
Avec la mise en place du radar de la cote 518 . il y aura moins de tirs sur la « herse »
mais plus de harcellements au mortier, entre nocembre 1961 et le départ en 1962 sur
Mers el kebir. Tirs tous les 2 ou 3 jours sur le 3 DBFM la cadence des tirs dépassant
souvent les 70 coups avec de nombreux coups au but.

Le P.C avancé du 3ème bataillon à la cote 518 et l’implantation desradars permettant
de détecter les emplacements de mortier, et la circulation des rebelles se déplaçant
en zone interdite, permit de limiter les pertes en homme à la 31ème compagnie.
Malheureusement ils ne permirent pas d’arréter totalement l’utilisation des L.R.A.C.
sur les herses qui firent de nombreuses victimes.
Ces mêmes herses étant prises à partie 2 fois voire 3 fois dans une même patrouille.
Les harcèlements au mortier firent également de nombreuses victimes.

Admin
Admin

Messages : 232
Date d'inscription : 14/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://dbfm.forumperso.com

Revenir en haut Aller en bas

Copié/collé partiel de "La côte 518, PC du 3ème Bataillon"

Message  perrot le Sam 12 Fév - 16:30

Bonjour,
Je viens vous demander de bien vouloir m'excuser d'avoir fait un copié/collé de votre contribution sur le site "3ème Bataillon" sans vous en demander la permission. En fait j'avais fait ce découpage et je n'ai plus retrouvé l’original.
Merci encore. C. Perrot. 12.02.2011.

perrot

Messages : 108
Date d'inscription : 05/10/2010
Localisation : Loire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

518

Message  lapidation le Mar 15 Fév - 21:03

En utilisation directe des indications de ces radars (1) un système de triangulation permettait à l'aide de trois points relevés dans le vol parabolique d'un obus de mortier de retrouver son point de départ. Un 75 sans recul fut mis en batterie. Il était au ras de sa portée puisque un 75 SR porte à 7km. Son seul coup de maître fut la destruction d'une camionnette chargée de tomates qui était tombée en panne juste à l'endroit où les djounouds descendaient habituellement de leurs bahuts.
Les Marocains en furent trés mécontents et des protestations mirent fin à l'épopée du 75 SR.
Ces radars qui dirigeaient les tirs de contre-batterie ne parvinrent jamais à faire taire les mortiers fels. Certains mortiers tiraient du fond d'une matmora et seul un coup de plein fouet pouvait détruire la pièce. Quand aux autres ils tiraient à toute vitesse une dizaine de coups et changeaient de place tout simplement.

(1) Ces radars fabriqués par THOMSON HOUSTON à l'époque qui allait devenir THOMSON-CSF étaient construits sous licence américaine. Ils étaient la copie du radar millimétrique qui équipait les croiseurs américains pour rectifier les tirs de l'artillerie lourde, en calculant la trajectoire de l'obus par rapport à sa cible. Les facteurs à prendre en compte ne sont pas minces, puisque l'hygrométrie, la température de l'air à 0 et à 1000 mètres, les caractéristiques de la charge propulsive, le mouvement du navire etc.. font qu'il ne s'agit pas d'un exercice facile. A terre les conditions étaient plus simples. La trajectoire parabolique d'un obus de mortier est relativement lente et son point culminant se situe dans la tranche des 800/1000 mètres.

lapidation

Messages : 130
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 74
Localisation : VAR

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA COTE 518 - P.C avancé du 3 ème BATAILLON

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum