Départ de la population musulmane de PORT-SAY

Aller en bas

Départ de la population musulmane de PORT-SAY

Message  Ray26 le Mer 1 Oct - 22:10

La population de Port-Say, se composait au début de la guerre, de quelques européens (toutes professions confondues), de Gendarmes, de Douaniers, de représentants des Eaux et Forets, d'un couple d'instituteurs et de quelques familles de marins pêcheurs d'origine musulmane. Sur la plage de Port-Say ont pouvait voir les lamparos, les pointus à sec où au mouillage entre les deux jetées.
A l'arrivée des premiers rappelés, une grande partie de la flotte a quitté l'attache de Port-Say, pour Saïdia, sans doute pour éviter une réquisition de ces moyens de navigation et sûrement par crainte de se voir interdire de prendre la mer par les autorités militaires. Cependant si les plus grandes unités étaient parties, il restait quelques petites embarcations, et la plupart des familles habitaient toujours sur place.
- Je pense que cette population devait recevoir des instructions des rebelles qui stationnaient déjà au Maroc, qui avaient un grand besoin de nouveaux combattants "volontaires", et devait avoir peur des représailles (qu'elle pouvait craindre des deux côtés).
- Lorsque le car a été attaqué et brûlé et que les deux européens qui se trouvaient à bord furent exécutés, les relations avec les autorités militaires, qui jusqu'alors étaient "très amicales" s'étaient sérieusement tendues. Ensuite le médecin de Port-Say (le Docteur TUFFOU) a été agressé dans un de ces douars. Les fells lui ont interdit de remettre les pieds dans les villages, sous peine de mort, en lui précisant qu'ils lui laissaient, exceptionnellement la vie sauve parce qu'il était médecin.
- Il y a eu par la suite, dans les douars qui longeaient la frontière, plusieurs opérations militaires, ou de gendarmerie et usage des armes, (les gendarmes avaient notamment abattu un tireur qui les prenait pour cible au moment où ils arrivaient dans un de ces villages).
- Ces populations rurales avaient donc déjà quitté l'Algérie pour se réfugier au Maroc, où elles étaient à l'abri de ces contrôles (je précise que les gens des douars et les habitants de Port-Say avaient des liens familiaux étroits.)
- Donc probablement pour tous ces différents motifs, un beau matin, nous nous sommes aperçus que la quasi totalité des familles des pêcheurs étaient parties : leurs maisons étaient vides, et à l'évidence le départ était préparé en toute discrétion et de longues dates. Tous les départs ont eu lieu la même nuit, et dans un silence absolu, et aucun indice ne permettait de penser qu'il ait eu lieu dans la précipitation.
- Il ne restaient plus que la proche famille du receveur des Postes (Hamed CHERIGUI), son épouse, ses deux sœurs et une seconde famille de proches parents.
- Quelques habitants de Port-Say qui bien que réfugiés au Maroc, ont continué à traverser la frontière chaque jour pour venir travailler en Algérie. Ces mouvements se sont peu a peu estompés, avant de s'interrompre complètement lors de la fermeture de la frontière.
- Une partie de cette exode s'est produite au début de l'implantation de la 35° Cie de la DBFM

Ray26

Messages : 26
Date d'inscription : 18/09/2008
Age : 74
Localisation : VALENCE

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum