Retour mouvementé d'embuscade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Retour mouvementé d'embuscade

Message  Ray26 le Sam 27 Sep - 16:31

- Ces faits se sont passés en 1957 ou 1958. Le premier réseau était achevé et le second était en construction. A L'extrémité Nord du réseau se trouvait le campement d'une compagnie du génie (dans l'ancienne maison du médecin, entre la plage et la RN7a, à 900 mètres environ de la frontière).
- Les fusiliers-marins de Port-Say, montaient régulièrement des embuscades en zone interdite, sur les itinéraires possibles d'infiltration. Ils sortaient et rentraient par un passage aménagé dans le réseau. Cette ouverture était protégée par un factionnaire du génie.
- Les effectifs de la DBFM n'étant pas très importants, les gendarmes de la brigade locale participaient très souvent à ces "villégiatures nocturnes" (il n'est nul besoin de rappeler que la gendarmerie fait partie intégrante des Armées, que ses personnels sont sous-officiers et ont une excellente formation militaire, et que j'ai moi-même porté cet uniforme une bonne partie de ma vie, après avoir porté celui de la Royale).
- Donc avant que le jour ne pointe, l'embuscade est levée tout aussi discrètement qu'elle s'était mise en place. La patrouille traverse le réseau et rentre se coucher. Tous...? non !... il en manquait un..., un gendarme, qui de toute évidence s'était assoupi et qui a été oublié sur place. Ce militaire s'apercevant qu'il est tout seul, décide de rentrer. Arrivé à quelques dizaines de mètres du camp du génie, il fait du bruit et cherche à se faire identifier. Seulement la sentinelle qui n'attendait personne revenant de la zone interdite, ouvre le feu "sur tout ce qui bouge" (heureusement sans résultat). Chaque tentative pour se faire identifier, est immanquablement interrompue par une giclée de projectiles de calibre "30". En définitive, notre gendarme s'est trouvé un trou suffisamment profond pour être protégé des balles et a attendu le grand jour, pour se faire connaître, et pour rentrer se coucher (je ne crois pas qu'il avait encore envie de dormir).
- Il n'a pas dû inscrire la formule fatidique de "R.A.S." sur son bulletin de service et n'a pas dû avoir droit à sa lettre de félicitations.

Ray26

Ray26

Messages : 26
Date d'inscription : 18/09/2008
Age : 73
Localisation : VALENCE

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum