Le poste de ALAZETTA et son "piton" NEVO.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le poste de ALAZETTA et son "piton" NEVO.

Message  Admin le Mer 3 Sep - 16:53

par Jean-Claude MAUVAIS


Le 12.02.1961, je posais mon sac dans le poste de ALAZETTA et plus précisément j'étais affecté au 1° tiers. Ce poste faisait partie de l'ensemble de surveillance de la frontière algéro-marocaine. Je crois ne pas me tromper en affirmant qu'il était le plus avancé de toute cette ligne de défense car situé à environ 800/900 m du Maroc.

Dépendant de ALAZETTA, sur un "piton", se trouvait le poste de NEVO. Il était situé au S/SO du poste principal et encore plus avancé que lui puisque se trouvant à peine à 600/700 m de la frontière, sa position dominante nous donnait un magnifique point de vue sur la zone interdite (entre le barrage et l'oued démarquant la frontière) ainsi que sur le village marocain de MARTIMPREY.

Le service principal au poste s'articulait en trois parties : le quart au poste proprement dit, des patrouilles toujours à pied le long du barrage et le quart sur le piton . Ponctuellement, nous avions des missions de protection des militaires du Génie intervenant sur le barrage électrifié ou sur le réseau miné. Ces interventions s'effectuaient soit en cas d'anomalie sur l'alimentation du barrage soit en cas d'explosion de "bungalors" sur le réseau miné. Pour la protection des intervenants sur le barrage, un half-track était affecté au poste. Pour les interventions sur le ribar, donc en zone interdite, les interventions se faisaient à pied.

C'est au cours de deux interventions de ce genre que nous avons connu les plus grosses pertes humaines.

Une nuit, le responsable des groupes électrogènes signale une anomalie sur la barrage nécessitant le déplacement d'une équipe de réparation donc escorte de la part des matelots. Le matelot CHATAIGNER, chauffeur titulaire du half-track saute dans son engin. Il est accompagné du matelot TONNERRE et du matelot "Le Macon" (surnommé ainsi car s'occupant toujours du casernement et je crois bien n'avoir jamais connu son vrai nom). Le convoi s'engage sur la piste SUD, reliant ALAZETTA à BABEL ASSA, la jeep des biffins en tête suivie par l'half-track . A 02 Km environ du poste, la piste se trouve derrière le "piton" mais invisible de ce dernier. De plus elle tourne quasiment à 90° en amorçant une courte mais rapide descente. A cet endroit tous les véhicules doivent ralentir et à ce moment là encore d'avantage car il recherchaient la cause de la panne sur le barrage. Ce n'est que quelques mètres plus loin que les fells ont bazooqué l'half-track qui s'est embrasé immédiatement. A l'arrivée des secours, le matelot CHATAIGNER, coincé derrière son volant, était mort, brûlé vif. Le matelot TONNERRE gisait sur le sol, tué par balles. Quant au matelot "Le Macon", il était grièvement blessé et aurait, parait-il, perdu l'usage d'un bras, pour un manuel.....
La coupe n'était pasbue jusqu'à la lie car quelques jours plus tard, un responsable de NEMOURS est venu au poste récupérer les paquetages des trois victimes. Lors de l'inventaire de celui du matelot TONNERRE, il manquait un ceinturon de cuir et cet individu voulait à toute force le récupérer. Devant son obstination, les matelots du 2° tiers, camarades de TONNERRE, ont déclaré vouloir se cotiser pour réparer la perte : l'affaire n'a pas été plus loin.
L'épave du half-track a été enlevée aussi vite que possible et descendue sans doute à NEMOURS. Longtemps, sur la route, une trace de ce remorquage est restée visible. JE SUIS SUR QU'ELLE N'EST PAS RESTEE VISIBLE QUE SUR LE MACADAM....

L'autre situation tragique s'est déroulée lors d'une mission de protection d'une équipe du Génie, intervenant sur le ribar. Cette fois il faisait grand jour et le soleil était de plomb. Le 1° tiers avait été désigné pour assurer cette protection , sous les ordres du Maître Fus FAOU. Nous progressions normalement, respectant les distances entre nous, quand le "Patron", arrivé à hauteur du cratère formé par l'explosion d'un bungalor la nuit précédente, nous fit signe de stopper. Bien quà l'arrêt, tout le monde était sur ses gardes. Comme à son habitude, le "Patron" observa les dégâts, fit un pas en avant puis un second et là : un enorme "boum". Contrairement à ce que l'on aurait pu penser, une mine bondissante n'avait pas été neutralisée par l'explosion du bungalor. Le Maître FAOU enait de l'activer. Une fois la poussière retombée et la fumée dissipée, je l'ai vu, sur le dos, dans les barbelés. Il gémissait à peine et ne se plaignait pas. C'est le QM CS PETIT qui est allé le chercher afin de l'allonger dans un endroit plus sûr. Après contact avec le toubib, c'est un infirmier qui s'est déplacé. Dès son arrivée, il a administré de la morphine au blessé qui semblait bien calme. Avant ce la il n'avait exprimé aucune douleur mais sentant son état il a eu la force de demander au QM PETIT si il pourrait encore avoir des enfants (la mine avait explosé à hauteur de son entre-jambes). Quelques minutes plus tard, il s'était éteint, sans un mot. Nous avons tous dit adieu au Maître FAOU, "Papa clous" comme nous le surnommions respectueusement (il chaussait toujours ses brodequins cloutés).

Pour un petit poste de trente matelots, perdre quatre des leurs, s'est très dur à supporter: nous avions tout juste 20 ans.

Admin
Admin

Messages : 232
Date d'inscription : 14/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://dbfm.forumperso.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le poste de ALAZETTA et son "piton" NEVO.

Message  Gouzerh Roger le Jeu 4 Sep - 17:38

Merci de ces précisions même si elles évoquent des moments pénibles. Je suis arrivé là-bas en février 61 moi aussi et le fameux point où les véhicules étaient obligés de ralentir est toujours le TA106 où un char sherman sans moteur fût amené par la suite et fût copieusement harcelé lui aussi.

De Beaumont nous regardions notre "voisin" NEVOT comme on regarde un phare sur un piton et nous ne savions pas s'il était occupé à plein temps où seulement la nuit. Pourriez vous me donner quelques détails même 46 ans plus tard.............! De part sa position NEVOT était presque un mythe. Merci

Gouzerh Roger

Messages : 168
Date d'inscription : 02/06/2008
Age : 79
Localisation : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le poste de ALAZETTA et son "piton" NEVO.

Message  Gouzerh Roger le Jeu 4 Sep - 17:59



Voici le fameux TA106 redouté de ceux qui l'approchaient surtout en véhicules et de nuit. De NEVOT il était impossible de le voir effectivement.

Gouzerh Roger

Messages : 168
Date d'inscription : 02/06/2008
Age : 79
Localisation : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ALAZETTA et son piton.

Message  MAUVAIS le Jeu 11 Sep - 18:44

Malgré les nombreuses années passées, je suis toutefois en mesure de répondre à ta question. Ce poste de "NEVO", mais pour nos les gars de ALAZETTA c'était et je pense que celà restera à jamais "le Piton".
Comme je l'ai déjà fait remarquer, il était certainement le poste le plus avancé de toute la ligne de défense D.B.F.M. Etant donné sa position, il se devait d'être armé en permanence. De ce fait, nous y montions le quart jour et nuit. Durant le jour, nous y étions par équipe de deux matelots et le soir l'effectif s'étoffait un peu avec la présence de six matelots sous les ordres d'un S.M. Fus.
La construction était faite de parpaings avec sur le dessus une dalle en béton armé. Dans sa partie supérieure se trouvait un petit abri avec un projecteur fonctionnant sur batteries. Son armement se composait de la traditionnelle 12/7 dont la meutrière s'ouvrait au ras des rochers. Sur le toit était installé un mortier de 60 mm, monté sur un chassis pouvant pivoter sur 360°. A celà, il fallait bien sûr ajouter l'armement individuel de l'équipage.
Comme moyens de liaison, nous avions évidemment la radio et un téléphone de campagne relié directement au poste d'Alazetta. Pour l'observation et la surveillance de la zone interdite le piton était équipé d'une paire de jumelles marines, très efficaces.
Autre particularité de cette fortification, elle se trouvait placée entre le réseau électrifié qui la contournait par l'arrière et le réseau miné qui lui l'entourait par l'avant. Ces deux installations se rejoignaient bien au-delà du piton, à hauteur de l'endroit de l'attaque du half-track. D'ailleurs, les deux photos du piton sont explicites à elles seules.
Personnellement, j'ai en mémoires deux petites anecdotes vécues sur le piton que je raconterais peut-être plus tard.

MAUVAIS

Messages : 28
Date d'inscription : 11/09/2008
Age : 76
Localisation : BOUCAU (64)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le poste de ALAZETTA et son "piton" NEVO.

Message  Gouzerh Roger le Dim 14 Sep - 15:58

Merci ancien voisin. C'était véritablement " LE PITON"........nul doute là-dessus, et aussi le plus avancé. J'ai participé à la construction du barrage miné qui passait devant pour contourner ces pitons ; Je venais d'arriver à Bou Renam et, d'office, les bleus au boulot pour porter les rouleaux de barbelés aux gars du Génie qui les mettaient en place. Belle journée...........! Crevant ces barbelés !
Par contre, un autre matin, d'ouverture au départ d'Alazetta vers Beaumont je me suis trouvé nez à nez avec une bondissante, les pieds à 1 mètre des fils rayonnants . Tout le monde tremblait ! sauf moi : j'étais tellement paralysé de trouille que je crois que je ne pouvais même plus trembler ! Mais ce n'était pas mon jour, bien obligé de le croire. J'ai reculé tout simplement mais.....pfou.......! Le Génie vint alors faire sauter tout ça . J'ai eu du ......pot et au retour à Bou Renam on en a pris un autre allègrement.
Merci de tes détails sur ce poste pour nous très particulier de par son implantation. Je mettrai quelques photos dès mon retour.


Dernière édition par GOUZERH Roger le Lun 15 Sep - 19:58, édité 1 fois (Raison : boulot remplace.........bouleau !!!!!?????)

Gouzerh Roger

Messages : 168
Date d'inscription : 02/06/2008
Age : 79
Localisation : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le poste de ALAZETTA et son "piton" NEVO.

Message  Gouzerh Roger le Mar 16 Sep - 15:48



Le fameux jour où nous trimballions des barbelés autour de NEVO(T). Le Bleu de droite est "tout blanc" devant l'ancien fortement intéressé par ce qui peut lui rester dans la gourde.......Les barbelés ? c'était plus qu'une croix : un calvaire !



De retour de protection du Génie en Zone Interdite. Au fond : Martimprey du Kiss

Gouzerh Roger

Messages : 168
Date d'inscription : 02/06/2008
Age : 79
Localisation : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Datation de ces événements.

Message  MAUVAIS le Sam 20 Déc - 22:34

Après plusieurs semaines de recherches, j'ai enfin réussi à mettre une date précise sur les deux événements tragiques que j'ai vécu à Alazetta (Je devais bien cela aux principaux intéressés).
L'attaque du H.T. c'est donc déroulée dans la nuit du 09 au 10.06.1961.
En ce qui concerne le Mt Fus. FAOU, il nous a quitté dans l'après-midi de la journée du 20.07.1961.

Un peu plus d'un mois seulement entre ces deux faits, c'était difficile à "avaler".

MAUVAIS

Messages : 28
Date d'inscription : 11/09/2008
Age : 76
Localisation : BOUCAU (64)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le poste de ALAZETTA et son "piton" NEVO.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum